En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu toulouse agricampus L'Europe s'engage en Midi-Pyrénées avec le FEDER Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt Enseignement agricole - 100% nature

TOULOUSE AGRI CAMPUS, pôle de compétences agro-bio-vététérinaire

Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l'avenir ? - 22èmes Controverses européennes de Marciac

Vendredi 29 et samedi 30 juillet 2016 - Marciac (Gers)

Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l'avenir ?
© MAA
De toutes parts, et plus particulièrement dans les mondes agricoles, nos sociétés semblent vivre un présent sans horizon. Entre un passé que nous refusons d’effacer et un avenir que nous n’arrivons plus à imaginer, nous restons comme figés au milieu du gué.

Face à ce contexte où le tissu social se déchire et les repères se détricotent, les discours ambiants apportent sans succès deux grands types de réponses : la volonté d’apaisement, d’une part, nourrissant l’idée que, sans bousculer l’ordre des choses, nos sociétés vont pouvoir comme par le passé absorber les crises. Un discours catastrophiste, d’autre part, pointant des « chocs » de civilisation, de cultures, d’économies, de technologies et invitant aux réponses radicales et univoques. Reste que cet entre-deux laisse aussi place à une foule d’initiatives en marge et en marche, disséminées et inventives, expérimentant d’autres pratiques, mettant en avant des valeurs dissidentes, où reviennent souvent les notions de partage et de collectif.

- Ne faudrait-il pas aujourd’hui nommer clairement les ruptures à l’œuvre et celles à opérer, regarder en face ce qui est révolu pour ne pas rester aveugles à ce qui est en train de naître ?

- Qu’acceptons-nous de lâcher et que voulons-nous au contraire garder ? Que faut-il inventer et construire pour redonner envie de se projeter ?

Elevage, Europe, représentation syndicale et politique, éducation, recherche… Sur tous ces sujets concrets, ces 22èmes Controverses européennes de Marciac convient tous ceux qui le souhaitent – agriculteurs, chercheurs, formateurs, citoyens, associations, politiques…- à réfléchir et échanger ensemble durant deux jours, sans tabous ni langue de bois, pour inventer plutôt que réparer, reconstruire un avenir sans regretter le passé. 

Avec notamment : Olivier ASSOULY, philosophe ; Philippe BARET, généticien ; Jean-Christophe DEBAR, directeur de la Fondation FARM (sous-réserve) ; Patrick DENOUX, professeur de psychologie interculturelle ; Danielle EVEN, éleveuse ; Eve FOUILLEUX, ingénieur agronome et politiste ; Catherine LARRERE, philosophe ; Jean-Hervé LORENZI, président du Cercle des économistes ; Jocelyne PORCHER, sociologue.....

Les 22èmes Controverses européennes de Marciac sont organisées par la Mission Agrobiosciences et la Communauté de Communes Bastides et Vallons du Gers, en partenariat avec le festival Jazz In Marciac. Avec le soutien de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, du Conseil Départemental du Gers, de la Fédération Nationale des Cuma, de Science Animation et de la Ruche Qui Dit Oui.

Participation ouverte à tous sur inscription payante.
Accéder au programme et au bulletin d’inscription : http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=4078

---

Pour instruire en amont le sujet des Controverses, la Mission Agrobiosciences lance un appel à contributions. Tous les détails à cette adresse :

http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=4095

Url : http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=4078#.V1p8eNSLSWg